Vendanges 2018 : on parle de nous ! (2/2)

Voici la deuxième partie de l’article du 13/09/2018 de la Nouvelle République consacrée aux vendanges à Reuilly et Quincy.

Quincy-Reuilly, même combat

Publié le 13/09/2018 à 04:55 | Mis à jour le 13/09/2018 à 08:42

Une quinzaine de viticulteurs des deux appellations vinifient au chai de Maison Blanche, à Quincy.
© Photo NR

Longtemps cloisonnées chacune dans sa zone AOC, les appellations Quincy et Reuilly partagent depuis quelques années un site Internet commun (1). Une union sur la toile qui s’est imposée comme une évidence, quand de nombreux vignerons de Quincy ont commencé à planter des vignes de Reuilly, il y a une dizaine d’années. Jean-Charles Borgnat était parmi les premiers à faire le pas. Il ne le regrette pas. « Il y a vingt-cinq – trente ans, un vigneron pouvait vivre de son métier avec 5 ou 6 hectares. Mais aujourd’hui, il faut voir plus grand car nous sommes sur des appellations vendues en moyenne 30 % moins cher que du sancerre, par exemple. Il faut donc plus de surface si on veut s’en sortir économiquement », estime le professionnel. La nature des sols, propre à chaque AOC, donne des profils de vins très différents – y compris avec un même cépage, le sauvignon – qui permettent de cibler une clientèle plus large. « Ce qui différencie un vignoble par rapport à un autre, c’est son climat, son sol et les hommes, résume Jean-Charles Borgnat. Les hommes étant selon moi l’élément le moins essentiel ! »

(1) http://vins-quincy-reuilly.com

Laisser un commentaire