2018 : un millésime précoce qui aura défié la météo

2018 : d’un hiver humide aux vendanges ensoleillées

C’est sous un hiver maussade, avec un soleil timide et une pluviométrie abondante, qu’a débuté la campagne viticole 2018. Le printemps débutera comme l’hiver s’est terminé : sous la pluie. La fraîcheur du mois de mars n’emballe pas la nature. Il faudra attendre le mois d’avril et ses chaleurs exceptionnelles pour voir la vigne sortir de sa dormance et débourrer. En l’espace de quelques jours, le retard sur le millésime 2017 est non seulement comblé, mais une avance de plusieurs jours est même prise. Le retour au froid fin avril fait remonter le souvenir douloureux des gelées des printemps 2016 et 2017. Heureusement celles-ci n’auront pas lieu. Les périodes pluvieuses de mai et de début juin font cependant craindre un autre fléau pour nos vignes : le mildiou. Dans la majeur partie, cette maladie sera bien maîtrisée. La floraison se déroule dans de bonnes conditions début juin. L’avance se confirme : 2018 sera un millésime précoce.

A partir de la mi-juin les conditions météorologiques changent. S’installe durablement un temps estival marqué par des températures au-dessus des normales saisonnières et une sécheresse prolongée. Cette pluviométrie en déficit sera le meilleur remède à l’épidémie de mildiou qui semblait inéluctable. Début Août, la maturation des raisins commence et se déroulera dans de bonnes conditions. Les réserves hydriques permettent de passer cette période sans difficultés, le printemps si pluvieux aura finalement été bénéfique. Le millésime commence à se dessiner : les fortes chaleurs dégradent les acides les plus durs et les saveurs végétales. Les teneurs en sucres progressent à un bon rythme. Le moral est bon.

Les vendanges étaient annoncées précoces, elles débuteront tout début septembre pour les pinots gris et le 10 pour les sauvignons et les pinots noirs. Avec un ensoleillement exceptionnel, les conditions météorologiques de septembre permettent de maintenir le potentiel qualitatif de la récolte et offrent l’opportunité d’attendre pour chaque parcelle la maturité optimale. Les vendanges s’étalent donc dans le temps laissant la vigne offrir ce qu’elle a de meilleur.

2018 : un millésime sur l’élégance. Les Quincy, encore un peu timides, sont sur le fruit. Les bouches se montrent souples, aériennes, oscillant entre douceur et fraîcheur. La précision aromatique est déjà au rendez-vous. La texture en bouche demande, elle, à s’affiner mais l’ensemble est déjà séduisant. Un peu de patience sera nécessaire.

Laisser un commentaire